Une culture générale de l’internet...
UGA - 2018-2019 - Filipe Ferreira
contact@filipeferreira.com
Version imprimable Enregistrer au format PDF


 




6. 01 - Qu’est-ce que la culture (de l’internet) ?

Vous suivez un cours de "culture" "générale"

  • "Culture" : ce qui s’oppose à la "nature", ce qui est construit par l’humanité au-delà de ses caractéristiques biologiques "de naissance". Définition formelle : "La culture est l’ensemble de la production, de la diffusion et de la consommation des produits de l’esprit créateur humain dans le domaine des arts et des connaissances."
  • "Générale" : qui concerne tous les domaines de l’activité humaine : arts, sciences, philosophie, politique, psychologie, sociologie, interactions, travail, éducation...

    Une hypothèse de base pour ce cours :

    INTERNET MODIFIE NOTRE CULTURE ET NOTRE SOCIETÉ

    Tous les jours, tous les internautes, à travers tous leurs échanges, redéfinissent notre monde, créent de nouvelles cultures, inventent l’avenir tous ensemble... pour me meilleur ou pour le pire !

CHANGEZ VOTRE POINT DE VUE : internet n’est pas seulement un objet "technique" :

C’est aussi (surtout) l’ensemble des humains qui le composent et des informations qui y sont échangées.





7. 02 - Des fondamentaux en communication

Une notion fondamentale à garder à l’esprit :

Communiquer, c’est :

Faire passer un message
à une cible
pour atteindre un objectif
grace à un support

Quatre exemples de sites à analyser avec cette notion : Habbo hotel, Meetic, Meetic Affinity et Adopte un Mec.
Ces quatre sites web ont pour objectif de mettre en contact les internautes entre eux, mais les cibles sont différentes. Par conséquent, le message l’est également...

D’autres sites à analyser : EasyFlirt, AttractiveWorld, Gleeden, Edarling

Quelques informations financières sur "Meetic-Corp"




8. 03 - Des fondamentaux (suite)

Pour une communication efficace, il faut déterminer :

  • un message
    • une forme et un fond adapté aux cibles
    • un "ton" , une manière adaptée de s’exprimer, pour mieux faire passer le message : "le choix éditorial"
  • un support
    • toutes les cibles ont leur support préféré, celui par lequel il sera plus facile de les convaincre...
    • sur le web, on trouve plusieurs supports : pages perso, blogs, forums, sites officiels, messagerie instantanée, etc.
  • des cibles
    • on veut toucher le monde entier
    • on veut toucher un nombre restreint de personnes (les élèves d’une fac, le personnel d’une entreprise)
    • on veut toucher une personne bien définie
  • un objectif
    • on veut vendre
    • on veut enseigner
    • on veut échanger
    • on veut informer
    • on veut divertir




9. 04 - Les cibles des actions de communication sur internet

En règle générale, on peut communiquer :

De point à point - une cible parle à une autre (Ex : mail - messenger...)

De point à masse - une cible parle à plusieurs cibles, de manière indifférenciée (Ex : sites commerciaux, sites perso, sites d’information...)

Sur internet, on a la possibilité de faire de la diffusion sélective d’informations (DSI) : on adapte l’info en fonction du visiteur (Ex : portails d’infos, outils de travail en ligne...)




10. 05 - L’exercice 1

ATTENTION : c’est un devoir universitaire !

Il est obligatoire ! (Il n’est pas facultatif ! Pas d’excuses !)
Pas de langage SMS ou familier !
Indiquez clairement votre PRENOM et NOM !

Envoyez un mail, à l’adresse contact@filipeferreira.com, contenant :

A) l’adresse d’un site d’information en ligne,

  • NON FRANCOPHONE
  • et qui est un PURE PLAYER (c’est-à-dire, qui n’a PAS d’équivalent dans la presse "papier", radio ou télé).

B) l’adresse et la description de votre (ou vos) site web favori, et/ou de vos "sites persos", blogs, etc., et le ou les sujets que vous aimeriez que l’on aborde en cours.

Date limite pour l’envoi de votre mail : Lundi 28 janvier 2019 à minuit




11. 06 - Un retour sur l’exercice 1... et quelques fondamentaux

Comment définissez-vous un site d’information ?

Avez-vu pu reconnaitre des éléments graphiques communs aux différents journaux en ligne ?

Avez-vous fait la différence entre journaux en ligne, version "online" des journaux "papiers" ou autres médias, aggrégateurs, digg-like, blogs thématiques ?

Avez-vous trouvé des "Pure players" (sites d’information qui n’ont pas d’équivalent papier, télé, radio ?)

Avez-vous trouvé la solution pour traduire automatiquement un site vers une langue que vous maîtrisez mieux ?

INTERNET... DE QUOI PARLE T-ON AU JUSTE ? (Quelques fondamentaux)

Internet, en chiffres

  • 4,12 milliards d’internautes, soit 54% de la population mondiale (+8% entre juillet 2017 et juillet 2018).
  • 3,36 milliards d’inscrits sur les réseaux sociaux, soit 44% de la population mondiale (+11% entre juillet 2017 et juillet 2018).

    Taux de pénétration d’Internet dans le Monde :

  • 73% en Amérique (+3% entre janvier 2017 et janvier 2018)
  • 80% en Europe (+6% entre janvier 2017 et janvier 2018)
  • 34% en Afrique (+20% entre janvier 2017 et janvier 2018)
  • 48% en Asie du Sud (+5% entre janvier 2017 et 2018)

Usage d’Internet en France (janvier 2018)

  • 88% des Français ont accès à Internet (57,29 millions de personnes, +0,9% entre janvier 2017 et janvier 2018).
  • 58% des Français sont des utilisateurs actifs de réseaux sociaux (38 millions de personnes, +6% entre janvier 2017 et janvier 2018).
  • 93% des Français ont un mobile, 71% un smartphone, 81% un ordinateur, 41% une tablette.
  • En moyenne, on passe 4h48 par jour sur Internet et 1h22 sur les réseaux sociaux.
  • 41% des Français estiment que les nouvelles technologies présentent plus d’opportunités que de risques.
  • 64% préfèrent réaliser leurs tâches numériquement quand c’est possible.
  • 91% pensent que la sécurité et la protection des données sont très importantes.
  • 42% suppriment les cookies du navigateur pour protéger leur vie privée.
  • 36% utilisent un outil d’ad blocking pour stopper l’affichage des publicités.

Pour connaitre le "TOP 50" des sites les plus visités en France : https://www.alexa.com/topsites/countries/FR




12. 07 - Les sites dont l’objectif est d’informer

Les premiers journaux en ligne respectaient, réorganisaient et parfois influencaient les règles de mise en page des journaux papier... Ils s’intègraient dans le cadre de l’écran, mais respectaient :

  • Le colonage
  • La titraille
  • Le renvoi aux articles
  • Les illustrations photos

Désormais, les journaux en ligne ont pris leur autonomie par rapport au papier, notamment pour le graphisme et l’ergonomie. Certains inventent même de nouveaux formats Le monde

Editorialement (c’est-à-dire "concernant le contenu"), les journaux en ligne diffèrent de leurs équivalent "papier" sur 2 points : les commentaires et la publicité, pour des raisons "financières".

Le "modèle économique" d’un journal en ligne est simple :

  • Pour continuer à publier il faut de l’argent (pour payer les journalistes, les serveurs, etc.)
  • Pour avoir de l’argent, il faut que "quelqu’un" nous en donne : des abonnés ou des entreprises, via la publicité
  • Pour que des entreprises nous donnent de l’argent, il faut qu’on affiche leur pub. Souvent. Très souvent.
  • Pour afficher nos pubs souvent, très souvent, il faut que nos articles soient lus, beaucoup lus.
  • Pour que nos articles soient lus, beaucoup lus, il faut faire en sorte qu’ils soient faciles à lire, repérables par les moteurs de recherche...
  • ou que les pages soient souvent "rechargées" (d’où l’incitation aux commentaires des lecteurs).

D’autres types de sites web dont l’objectif est d’informer :

  • Les aggrégateurs d’informations, les forum (dont l’objectif est parfois à mis chemin entre l’information, l’échange et le divertissement)... que nous allons bientôt étudier...




13. 08 - Les sites dont l’objectif est d’enseigner

Les sites scientifiques ou universitaires prévoient l’accumulation progressive de connaissances donc l’accumulation progressive des textes,ou des autres types de contenus. La présentation se résume souvent à une liste, ou un texte en pleine page, avec un minimum de graphisme

En revanche, les sites issus d’un public non-universitaire (associations, clubs, entreprises privées...) sont souvent bien plus clairs, ou essayent de mettre en jeu les ressources du web, de l’ergonomie et de la mise en page web pour rendre les informations plus attrayantes...

Le top étant désormais à chercher du côté de Youtube ou des plateformes privées




14. 09 - Les sites dont l’objectif est de vendre

Les sites commerciaux sont ceux qui ont le plus intérêt à soigner leur design et leur ergonomie.
De celà dépend leurs ventes... Et donc leur survie !

La règle est celle de l’efficacité "marketing" : la page est organisée pour que l’internaute sache :

  • Où il se trouve
  • Quels produits sont vendus
  • Comment effectuer un achat rapidement

Un exemple : http://www.tee-shirts-online.com/

Autre élément important : la personnalisation, qui permet à l’internaute de trouver des information personnalisées en fonction de ses goûts, ou de ses achats antérieurs.
C’est une application pratique de la diffusion séléctive d’information (DSI)...

L’exemple type qui regroupe toutes ces caractéristiques : la boutique en ligne Amazon.fr

D’autres ficelles des caractéristiques des sites web destinés à la vente :

  • le "Brand content" : une marque crée du contenu "éditorial" différent du produit quelle vend. Exemple : Michelin, qui vend des pneus, mais édite aussi le "Guide Michelin"... ou Coca-Cola qui vend un "univers" , une ambiance, plutôt que des boissons gazeuses.
  • l’infomercial ou "publireportage" : méthode de marketing où l’on publie une "information" soit disant objective ou "personnelle" (reportage, interview, tweet perso, post Instagram...) mais qui vise en réalité à vendre un produit.




14. 10 - Les sites dont l’objectif est d’échanger

Les chats, les forums, les blogs, les sites pour rentrer en contact, les plateformes de jeux en ligne... et depuis quelques années les APPlications mobiles dédiées

C’est le domaine qui connait le plus grand essor, actuellement.

Egalement celui qui est le plus susceptible de rapporter de l’argent, après les sites de vente...

Cependant, le cycle de vie de ces sites est souvent très rapide !




15. 11 - Les sites dont l’objectif est de divertir

Pages perso, mais aussi services en ligne, jeux, plateforme de diffusion musicale ou vidéo, etc.

Il y a un marché immense pour les créateurs de contenus. De plus en plus, les sites dont l’objectif est de se divertir sont également des sites dont l’objectif est de vendre.

De plus en plus, les sites dont l’objectif est de divertir ont un équivalent mobile, voir une version "mobile first".

Les applications les plus téléchargées au monde sur l’App Store et Google Play en 2018

  • Facebook Messenger
  • Facebook
  • Whats App Messenger
  • Tik Tok
  • Instagram
  • UC Browser
  • SHAREit
  • Snapchat
  • Netflix
  • Vigo Video

(source : https://www.forbes.fr/classements/les-applications-les-plus-telechargees-et-les-plus-rentables-de-2018/ ?cn-reloaded=1)

Une autre tendance intéressante : l’infotainement ou infodivertissement, qui désigne le fait de traiter de diffuser une information sous un angle divertissant.
Une confusion des deux formats et des deux objectifs qui a souvent pour objectif de "vendre"... Exemple : les vidéos de Kombini




16. 12 - L’exercice 2

Envoyez, à l’adresse contact@filipeferreira.com , avant le 4 février 2019 à MINUIT :

  • un mail
  • contenant les adresses de trois (3) blogs francophones :
    • deux dont l’information ne vous semble pas crédible
    • un dont l’information vous semble crédible

ATTENTION : c’est un devoir universitaire !
Il n’est pas facultatif ! Il est OBLIGATOIRE !

Pas de langage SMS ou familier ! Indiquez clairement votre PRENOM et NOM !
ET PAS DE RETARD - PAS D’EXCUSES !!!

Question facultative : quelles fonctionnalités pour une application mobile UGA ?




17. 13 - Un retour sur l’exercice 2 : évaluer la validité de l’information

Un rappel :
Crédible : adj. qui peut être cru

Il est en dur de faire la part entre :

  • une communication volontairement minimaliste, ou jouant sur l’ambiguïté de la source d’information (ex : le blog d’Alain Juppé)
  • les plateformes de blog connues pour diffuser des informations peu fiables et les contenus effectivement diffusés sur la plateforme.
  • les différents contenus sur les blogs politiques (surtout en période électorale...)
  • les contenus traitant de sujets "légers" ou "people", mais crédibles....

Seul le bon sens et la vérification sur plusieurs sources sont de bons guides, dans ces cas là...

Une analyse de l’information

Le cas "LoveLooz"

https://www.rtl.fr/actu/futur/lovelooz-le-reseau-social-des-deceptions-amoureuses-7774752863

En septenbre 2014, de nombreux médias généralistes évoquent le lancement du site "LoveLooz"... mais sans vérifier les sources.
Qu’est-ce que ce site ? Est-il ce qu’il parait être ?
Il s’avère par la suite qu’il s’agit d’une opération de publicité pour la série "Plus belle la vie"...
Les médias ont relayé l’information, sans la vérifier ou l’approfondir.

Tout document, quel qu’en soit le support, devrait être critiqué en fonction des question suivantes :

WHO ? - WHAT ? - WHERE ? - WHEN ? - HOW ? - WHY ?
QUI ? - QUOI ? - OU ? - QUAND ? - COMMENT ? - POURQUOI ?

Plus les réponses seront convergentes, plus on pourra juger de la validité de l’information...

QUI ?
Qui est l’auteur de la page ?
Quelles sont ses compétences ? Sont-elles clairement énoncées ?
Peut-on rentrer en contact avec lui (email, adresse d’une page personnelle, etc.) ?
Peut-on vérifier ses précédents écrits ? (sur le web, dans des revues, etc.)
Fait-il partie d’une organisation (Entreprise, association, culte, parti politique, etc.) ?

QUOI ?
Quel est le sujet ou thème général de l’article ?
L’information fournie est-elle unique ? Existe-t-elle sur plusieurs sites ? Existe-t-il des liens entre ces sites ?
A quel public s’adresse-t-on (spécialiste, général, initié, etc.) ?
Le traitement du sujet est-il exhaustif ?

OÙ ?
De quel pays écrit l’auteur ?
Ce pays contraint-t-il l’expression de ses citoyens ? Ce pays est-il en guerre déclarée avec un autre pays ?
Quel est le serveur où sont stockées les informations ? Ce serveur est-il indépendant, privé, pirate ?
Où se situe ce site sur la toile ? Propose-t-il des liens vers d’autres sites ? D’autres sites pointent-ils vers lui ?

QUAND ?
Quelle est la date de création du site ?
Quelle est celle de sa dernière mise à jour ?
Cette date est-elle affichée dans la page ?
Les liens vers d’autres sites sont-ils à jour ?
Existe-t-il beaucoup de liens brisés ?

COMMENT ?
Les ressources sont-elles bien organisées et présentées de façon logique ?
Les graphiques rehaussent-ils ou diminuent-ils l’utilité du site ?
S’il s’agit d’un site multimédia, quelle est la qualité visuelle et sonore des documents proposés ?
Les liens sont-ils complets, pertinents et appropriés ?
Sont-ils évalués ou commentés ?
Sont-ils relativement exhaustifs sur le sujet, ou servent-ils d’illustration ?
Ont-ils tous un rapport avec le sujet traité ?
Les liens sont-ils fiables ?
Le site est-il facilement " navigable " ? Son interface est-elle efficace ?
Le type de langage employé est-il familier ? scientifique ?...
Les documents sont-ils rédigés dans une langue correcte (orthographe et grammaire) ?
Le site propose-t-il un corpus cohérent et complet, ou bien est-il "en construction" ?

POURQUOI ?
L’auteur fournit-il des indications sur les motifs des informations qu’il diffuse sur le réseau ? (passion, formation personnelle, altruisme...)
L’information est-elle gratuite, comme un service à la communauté ? Y a-t-il des publicités sur le site ? Si oui, ont-elles un rapport avec les informations que vous cherchez ?
Les publicités sont-elles clairement séparées du contenu des documents ?




18. 14 - L’information sur internet : un approche critique

Nous pouvons tous publier de l’information, la véhiculer, la critiquer, et influencer son cycle de vie sur la toile.

Dans ces conditions, comment savoir si une information est véridique ? Si elle est fiable ?

Quels outils intellectuels sont à notre disposition pour analyser la valeur de l’information ?

Mais avant tout... un peu d’histoire :

- Durant la seconde guerre mondiale, et les années suivantes, les deux blocs politiques font une course à l’armement et à l’informatique En 1962, l’US Air Force demande à un groupe de chercheurs de créer un réseau de communication militaire capable de résister à une attaque nucléaire. Le concept de ce réseau reposait sur un système décentralisé, permettant au réseau de fonctionner malgré la destruction d’une une ou plusieurs machines.

- L’ARPANET
En août 1969, indépendamment de tout objectif militaire, le réseau expérimental ARPANET fut créé par l’ARPA (Advanced Research Projects Agency dépendant du DOD, Department of Defense) afin de relier quatre instituts universitaires américains. Le réseau ARPANET est aujourd’hui considéré comme le précurseur d’internet.

- Le World Wide Web
Deux influences vont jouer un rôle dans la naissance du web : dès les années 60, le Projet Xanadu de Ted Nelson (http://fr.wikipedia.org/wiki/Projet_Xanadu), et le roman « Neuromancien » de William Gibson dès 1984. Dans ces deux cas, on propose un "univers" de savoir, où l’on se déplace d’une information à une autre comme à l’intérieur d’un "univers virtuel".

Peut-être influencé par ces éléments, 1980, Tim Berners-Lee, un chercheur au CERN de Genève, met au point un système de navigation hypertexte et développa, avec l’aide de Robert Cailliau, un logiciel baptisé Enquire permettant de naviguer selon ce principe.

Fin 1990, Tim Berners-Lee met au point le protocole HTTP (Hyper Text Tranfer Protocol), ainsi que le langage HTML (HyperText Markup Language) permettant de naviguer à l’aide de liens hypertextes, à travers les réseaux. Le World Wide Web (WWW) est né.




19. 15 - L’information est-elle neutre ?

En 2017 en France, les représentations politiques sont réparties à l’assemblée nationales de "gauche" à "droite"...

Et l’activité de nos représentants est couverte par les médias. Mais ces médias sont ils vraiment "neutres" politiquement ?




20. 16 - L’explosion de l’information : un point d’histoire

Pour expliquer l’explosion de l’information
3 étapes dans la vie du web

1995/1997 : la 1ère génération de sites web
Les premiers sites web à se répandre sur le réseau sont souvent la transposition du papier, cherchant à reproduire la logique des supports l’imprimé.
La production et la diffusion de l’informations nécessite alors des connaissances « techniques » : le langage de description HTML et la gestion des serveur hébergeant les pages.

Un exemple : la Société Française de Physique

Un autre exemple : le portail Yahoo, en 1995

JPG - 81.6 ko

1997/2004 : la 2ème génération de sites web
Avec les premières années de recul, les concepteurs de sites web portent leur efforts sur le graphisme, l’interactivité et l’ergonomie.
On commence à réfléchir de manière plus approfondie à la présentation de l’information, la regroupant dans de manière thématique, dans ce que l’on commence à appeler des « portails ».
Cependant, les technologies utilisées pour la production et la diffusion d’informations restent réservées aux spécialistes (Javascript, java, flash…).

Un exemple : le portail Yahoo en 2004

GIF - 95.6 ko

2002/  : la 3ème génération de sites web

La priorité est donnée à la facilité de la production d’information, sa personnalisation et son accessibilité.
Les systèmes de gestion de contenus (CMS), en désolidarisant les éléments techniques des contenus bruts, permettent à chacun de devenir facilement producteur d’informations.
Les blogs (et leurs systèmes de gestion de contenus) et l’écriture collaborative prennent de plus en plus d’importance...

Un exemple de back-office de CMS : Bloglines :

JPG - 270.5 ko

Et le résultat en front-office :

JPG - 536.1 ko

2015/  : la 4ème génération de sites web : l’internet des objets ?




21. 17 - L’écriture collaborative, "nouveau" standard du web

La technologie wiki permet la création, la modification et l’illustration collaborative de pages à l’intérieur d’un site internet.

On rédige à plusieurs un même contenu, mais qui valide ? Qui s’assure de la crédibilité ? De la mise à jour ?

En septembre 2005, le journaliste américain John Seigenthaler découvre un vandalisme de la part d’un contributeur anonyme sur la version en anglais de sa biographie sur Wikipédia, où il était écrit : « was thought to have been directly involved in the Kennedy assassinations of both John and his brother Bobby » (« il a été soupçonné d’avoir été directement impliqué dans les assassinats de John et Bobby Kennedy »). La dite biographie ajoutait : « Nothing was ever proven » (« Rien n’a jamais été prouvé »).

Cette information, fausse, l’a poussé à prendre contact avec le fondateur de Wikipédia, Jimmy Wales, pour que ce dernier supprime cette diffamation.

Ce sont les mêmes questionnement que m’on retrouve, de l’Encyclopédie de d’Alembert et Diderot à Wikipédia encyclopédies collaboratives




22. 18 - Un cas à analyser : le journal de ma peau

Fin avril 2005, une bloggeuse nommée "Claire", lance "Le journal de ma peau".

Ce journal de bord décrit l’expérience de claire, testant le produit "Peel Microabrasion" des Laboratoires Vichy durant les 21 jours que dure le traitement...
Les commentaires de son blog, modérés à priori, sont d’abord très élogieux pour le produit.

Mais très vite, plusieurs internautes s’étonnent : les messages "sonnent" faux, les photos sont trop professionnelles pour un site amateur, aucun commentaire n’est négatif...

Sur d’autres blogs, les remarques acerbes se multiplient. On est persuadé que "Claire" n’existe pas, et qu’il s’agit d’une forme de publicité.

Un mois après le lancement du "Journal de ma peau", la rumeur nuit tellement aux Laboratoires Vichy que ceux-ci décident de révéler la vérité : il s’agit bien d’un faux blog, lancé par une grande agence de communication, pour promouvoir les produits de beauté de Vichy.

Les internautes sont scandalisés, et le disent massivement sur leur blog... Peu de temps après, Vichy embauche des bloggeuses "célèbres" pour tester les produits et écrire de vrais articles, mais le mal est fait.

Après quelques mois où le blog est cité comme "un exemple de supercherie marketing", il ferme ses portes...




23. 19 - Des cas pratiques à analyser


- Le site "Retrievers of Truth" (Hors ligne désormais, accessibles grâce à "The Wayback Machine")]
- Lovelooz
- Faits divers paranormaux et http://www.biggerthanfiction.com/blog/2010/03/18/faits-divers-paranormaux-relevez-avec-nous-le-defi-de-montrer-le28099invisible/




24. 19 - Exercice 3

Envoyez, à l’adresse contact@filipeferreira.com , avant le 11 février 2019 minuit :

  • un mail
  • contenant les définitions des termes suivants :
    • Accessibilité
    • Creative commons
    • Crowdfunding
    • L’Internet des objets
    • Big Data

ATTENTION : c’est un devoir universitaire ! Il n’est pas facultatif. Il est obligatoire, son évaluation fait partie de votre note finale.

Pas de langage SMS ou familier ! Indiquez clairement votre PRENOM et NOM !

Pas d’excuses ! Vous avez une semaine pour le faire. Vous avez mon mail pour me contacter (tôt dans la semaine) pour avoir plus d’infos.




25. Les nouvelles tendances pour internet en 2018-2019

Parmi toutes les nouvelles tendances de l’internet, nous pouvons en explorer six :

  • User generated content : contenus proposés par les utilisateurs
    • Contenu, souvent audiovisuel ou multimédia, produit ou directement influencé par les utilisateurs finaux, de qualité de plus en plus professionnelle ; par opposition au contenu "traditionnel "produit, vendu ou diffusé par les entreprises médiatiques classiques.
  • L’évolution des applications utilisant le protocole BitTorrent ou d’autres évolutions des protocoles de peer-to-peer, ou la technologie Blockchain
  • l’application de cet esprit "de pair à pair" dans d’autres domaines que le domaine technique (par exemple : Le crowdfunding) ou financement participatif (ex : KissKissBankBank) permet non seulement de financer des projets indépendants, mais également de tester et rentabiliser des idées et des produits avant même leur fabrication.
  • L’essor des big-data
  • L’internet des objets




26. Les modèles économiques et techniques

L’usager payant

Un nombre immense de services naissent chaque semaine sur internet.

  • Divertissements
  • Services en ligne, logiciels, mise en relation

Le modèle dominant de financement pour ces services demeure de faire payer le coût de production à l’usager, en proposant un abonnement payant, le plus souvent.

Le producteur payant

L’autre modèle qui tend à se développer est celui des frais pris en charges par le producteur de contenus ou de services. Cela passe par plusieurs moyens :

  • Publicités explicites, inclues dans les services ou les contenus. La rémunération s’effectue sur la simple présence de la publicité, ou parfois sur le clic de l’utilisateur.
  • Publicités implicites, inclues dans les produits multimédias : marques dans les films, références croisées entre les productions audiovisuelles sur le web, etc.
  • Produits incitatifs : pour provoquer un acte d’achat ultérieur, de nombreux producteurs d’informations proposent des contenus "bonus" gratuit, en téléchargement, podcast, etc.
    • Exemple : la stratégie commerciale des producteurs de la série "Battlestar Galactica"

Le financement participatif

Le financement participatif (ex : KissKissBankBank) permet non seulement de financer des projets indépendants, mais également de tester et rentabiliser des idées et des produits avant même leur fabrication.




27. Des modèles "juridiques" pré-existants et des nouveaux modèles

Contrairement à l’idée reçue, le web est très règlementé par la loi...

  • parce qu’il s’inscrit dans un ensemble de règlementations pré-existantes : loi de la presse et de l’audiovisuel, loi sur la propriété industrielle, intellectuelle, droit de l’image.
  • parce qu’un ensemble de lois commencent à se mettre en place.(Exemple DAVDSI : "Droit d’auteur et droits voisins dans la société de l’information" http://fr.wikipedia.org/wiki/DADVSI et le projet de loi « Création et Internet », parfois baptisé « loi Hadopi » http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_Hadopi)

Mais :

  • Ces lois marquent un décalage entre l’usage et la nécessité de règlementer (Un cas d’école : le blog "lestelechargements.com")
  • Leur instauration peut demeurer soumise à l’influence de lobbys (ex. : lobby de l’audiovisuel, des FAI...)
  • Elles ne sont pas internationales

Les utilisateurs mettent en place leur propres dispositifs pour céder une partie de leurs droits. Par exemple : les licences Creative Commons, dont l’usage peut être orthogonal avec l’esprit de la loi...

Copie d’écran du blog, aujourd’hui défunt, "lestelechargement.com"




28. La séparation du fond et de la forme

La séparation du fond (le contenu) et de la forme ( le visuel, la présentation...) est l’une des tendance qui a modifié en profondeur le web.

Parmi les conséquences, on peut noter :

  • la possibilité de rendre les sites accessibles
    • pour faciliter la prise en charge du handicap
    • pour faciliter et simplifier les contraintes techniques
    • pour faciliter l’interopérabilité
  • la syndication : la possibilité de réutiliser des contenus d’un site à l’autre indépendamment du graphisme
  • l’apparition des CMS et donc de la publication individuelle
  • la possibilité d’organiser le contenu des sites de manière sémantique, et donc de permettre notamment des recherches plus précises sur les contenus.




29. User generated content - contenus proposés par les utilisateurs

Contenu, souvent audiovisuel ou multimédia, produit ou directement influencé par les utilisateurs finaux ; par opposition au contenu "traditionnel "produit, vendu ou diffusé par les entreprises médiatiques classiques.

Le terme devint populaire pendant l’année 2005 grâce à des sites comme Youtube, Wikipedia

La production et la diffusion de contenus audiovisuels ou multimédias devenant de plus en plus accessible (peer-to-peer, logiciels libres, licences Creative Commons, etc.), certaines industries culturelles traditionnelles se sentent déjà économiquement menacées... ou elles reprennent cette créativité à leur compte.

Les mashups, ou "remixes" de contenus originaux ou mélanges de contenus commerciaux et de particuliers, permettent la création à l’infini d’oeuvres dérivées.




30. Une convergence des acteurs vers le multimédia

Les acteurs économiques, politiques, commerciaux, culturels du web lancent leurs TV sur internet.

  • Certains acteurs fabriquent leurs propre contenus ex : Apple, Netflix, certaines universités...
  • Certains acteurs aggregent des contenus préexistants : Youtube, Dailymotion...
  • Certains proposent une convergence ou une rencontre des deux modèles : Twitter dans les programmes TV "classiques"

Les barrières économiques à l’entrée sont très faibles, contrairement à la TV traditionnelle. Tout le monde peut aujourd’hui animer sa chaîne de TV ou sa radio, sur son site ou en podcast...




31. L’utilisation du protocole BitTorrent

Le peer-to-peer (méthode de partage de données informatiques entre particuliers) est désormais rentrées dans les mœurs, que ce soit pour des usages légaux ou non.

Mais nombre de protocoles d’échange de données posent un problème :

  • plus un fichier informatique est demandé par les utilisateurs, plus il est difficile de l’obtenir ( bande passante réduite, file d’attente, etc.)

Le protocole BitTorrent, inventé en 2001 par Bram Cohen, un jeune informaticien au chômage, résoud ce problème :

  • je me connecte à de nombreux utilisateurs qui ont chacun le fichier qui m’intéresse, et j’en récupère une petite partie chez chacun.

Cela modifie radicalement le fonctionnement de l’échange de fichier : plus facile, plus rapide, permettant à chacun d’être récepteur et diffuseur...

Coté téléchargement "illégal", cela modifie la donne : un programme diffusé une première fois sur une chaîne de TV est disponible en quelques heures dans le monde entier... Idem pour un album qui vient de sortir.

Les "industries culturelles" mettent en place plusieurs solutions pour contrer cette tendance et continuer à gagner de l’argent.




31. La technologie Blockchain

La blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central de contrôle.

Une blockchain constitue une base de données qui contient l’historique de tous les échanges effectués entre ses utilisateurs depuis sa création. Cette base de données est sécurisée et partagée par ses différents utilisateurs. Chacun de vérifier la validité des données.

Comprendre la Blockchain

Pour en savoir plus sur le Bitcoin




32. Le web mobile

C’est LA véritable tendance des années 2010 : l’investissement du web mobile (sites et applications internet dédiées spécialement aux téléphones portables et autre appareils mobiles).

Il est facilité par les problématiques d’Accessibilité (rendre une page facilement visible par tous les navigateurs) et par la généralisation de moyens de paiement intégrés aux plateformes de vente.

Et désormais, les réseaux sociaux utilisent les fonctions de géolocalisation pour faciliter l’échange, la DSI et les jeux en réalité augmentée : Ingress




34. Exercice 4

Envoyez, à l’adresse contact@filipeferreira.com, avant le lundi 19 février 2019 au soir :

  • un mail
  • contenant la listes des actions à mettre en place pour réaliser la communication en ligne d’une boutique de bonbons.
  • (Quel message ? Quelles cibles ? Quel objectif ? Quel support ? etc.)

    ATTENTION : c’est un devoir universitaire !
    Il n’est pas facultatif !
    Pas de langage SMS ou familier ! Indiquez clairement votre PRENOM et NOM !
    Pas d’excuses !




    23. Créer un site web

    La démarche comporte 3 étapes :

    • La conception :
      Qui consiste surtout en une suite de questions à se poser et de choix à effectuer. Il s’agit d’une vraie démarche de "communication" : on détermine des cibles à toucher, un message, etc. L’étape la plus importante... et celle que l’on oublie la plupart du temps.
    • La réalisation :
      C’est l’étape "technique", où l’on applique les choix que l’on a fait à l’étape précédente. D’autres choix apparaissent : quel hébergement ? Quel nom de domaine ?
    • Le suivi :
      Une autre étape souvent oubliée, mais sans laquelle le site ne survit pas. Il s’agit de répondre à une question : une fois le site créé et mis en ligne, comment générer du trafic ?




    24. La conception - Les objectifs du site

    La première question à se poser est :

    A quoi va servir mon site ?

    Il y a actuellement plusieurs centaines de milliards de pages recensées par Google.
    La votre ne sera qu’une page de plus... si elle n’a aucun objectif, ce sera une page de trop...

    Quelques pistes pour définir les objectifs de votre site

    • Utiliser la "typologie des sites web" vue précédement
      • Est-ce un site pour vendre ? Enseigner ? Divertir ? Informer ? Echanger ?
        • Pour vendre quoi ? Vendre mon profil professionnel ?
        • Echanger, mais envers qui ?
        • Informer ? Mais comment obtenir une information qui ne soit pas déjà reprise ailleurs ?
    • Posez vous une série de questions
      • Quel message je veux faire passer ?
      • Si je devais résumer ce message en 10 mots ? En 20 mots ?
      • Que doit se dire un visiteur lorsqu’il arrive sur mon site ?
      • Que doit se dire un visiteur lorsqu’il repart de mon site ?
      • Pourquoi le visiteur reviendrait-il sur mon site ?
      • Qu’est-ce que mon site a à offrir de nouveau par rapport à tous les autres ?




    25. La conception - Les cibles

    Avec l’étude de vos cibles, on rentre de plein pied dans la communication, voire le marketing.

    Le question à se poser en prorité est :

    Qui seront mes visiteurs principaux ?

    Si vous pensez "Mon site doit s’adresser à tout le monde !", c’est que vous avez manqué l’étape précédente.
    Car un site doit répondre aux attente d’une partie (même minime) des internautes.

    Posez-vous les questions suivantes :

    • Quel sera le profil de mes visiteurs :
      • Age ?
      • Sexe ?
      • Goûts ou loisirs ?
      • Pays ?
      • Métier ou catégorie socio-professionnelle ?
      • Salaire moyen (important si vous proposez un service ou un bien payant) ?
    • Mettez-vous à la place de votre cible, et répondez à ces questions :
      • Je me pose une question... (Laquelle ?)
      • et je cherche l’info sur internet, via un moteur de recherche... (Lequel, et en tapant quels mots clefs ?)
      • ...je tombe sur ce site (le vôtre). J’y navigue un peu... (Qu’est ce qui a retenu son attention ?)
      • ... et je trouve mon info (Comment sait-il qu’il s’agit-bien de son info ? A cause des images ? Du texte ?)

    Comment trouver les infos pour "cibler" votre public ?

    • Visitez les forums, chats, listes de diffusions concernant vos cibles...
    • Posez des questions autour de vous, tester vos idées auprès de vos amis...
    • Visitez des sites sur le profil des internautes :




    26. La conception - Les sites concurrents

    Vous connaissez votre objectifs et vos cibles : vous devriez trouver assez rapidement les sites concurrents au vôtre...

    Le question à se poser en prorité est :

    Quels sites proposent déjà la même chose que le mien ?

    L’idée n’est pas forcément de recenser TOUS les sites qui proposent un contenu ou une logique similaire, mais de repérer les PRINCIPAUX. Vous ferez des découvertes certainement intéressantes :

    • Comment vos concurrents ont-ils réussit à se faire un nom et à attirer des visiteurs ?
    • Offrent-ils un vraiment contenu intéressant, ou est-ce que les internautes vont les visiter parce que c’est le premier site à s’être lancé dans ce domaine ?
    • Quels services offrent ces sites, auxquels vous n’avez pas pensé ? Liste de diffusion ? Jeux en ligne ? Contenus à télécharger ?

    Comment repérer les sites concurrents

    • Comme pour l’étude des cibles, passez du temps sur les forums, groupes FB, etc. pour repérer les adresses qui reviennent le plus souvent...
    • Visitez en profondeur les sites de concurrents. "Aspirez-le" avec un logiciel prévu à cet effet, et consultez le hors-ligne, si vous ne pouvez pas être connecté longuement...
    • Créez-vous un fichier de favoris ("bookmark")... échangez le vôtre avec celui de vos amis...




    27. La conception - La structure du site

    La navigation

    Bien souvent, celle-ci dépend du contenu. Cependant, il y a des invariables :

    • Une page d’accueil, qui mène vers des rubriques, sous-rubriques, etc.
    • Souvent, l’une de ces rubriques est dédiée au liens vers les autres sites
    • La possibilité est offerte sur chaque page de :
      • revenir à l’accueil
      • envoyer un mail au responsable du site ou l’auteur de la page.

    Il est très important de modéliser votre structure apparente, de la dessiner, afin de ne pas faire d’erreur.
    N’oubliez pas : une bonne structure apparente ne rendra pas un site meilleur, mais une mauvaise structure apparente le rend définitivement mauvais.

    Etape suivante : saisissez vos informations dans un CMS : Content management system/Système de gestion de contenu




    29. Le CMS et les sites dynamiques

    CMS : Content management system/Système de gestion de contenu

    Sites dynamiques : site où tout le contenu est rentré dans une base de données, qui se charge de faire les liens, de gérer la mise à jour, etc. Cette logique s’oppose à celle des sites "statiques" (où chaque page est faite séparément en HTML)

    Pourquoi faire ?

    Un système de gestion de contenu permet :

    • De ne s’occuper que du contenu textuel d’un site, de le mettre à jour sans avoir besoin de connaissances techniques, en remplissant simplement un formulaire.
    • De publier à plusieurs sur le même site

    Comment ça marche ?

    Au lieu de fabriquer une à une les pages HTML et de les relier entre-elles...

    ... on rentre le contenu dans une base de données, qui fabrique toute seule l’ensemble du site (liens, page d’accueil, mises à jour, etc.)

    Salut à tous !




    30. Organiser l’information

    Pourquoi organiser l’information ?

    Quels sont les critères qui font que les internautes apprécient un site web ?
    d’après Forrester Research

    Qualité du contenu :75 %
    Facilité d’utilisation : 66 %
    Rapidité du téléchargement : 58 %
    Fréquence de mise à jour : 54 %
    Promotions et remises : 14 %
    Marque : 13 %
    Technologie : 12 %
    Jeux : 11 %
    Options d’achats : 11 %
    Personnalisation du contenu : 10 %
    Chat : 10 %
    Autres : 6 %

    Selon Jakob Nielsen :

    • 79 % des internautes "scannent" la page
    • 16 % la lisent "mot-à-mot"

    Quelques raisons :

    • lire sur écran est plus fatiguant que lire sur papier
    • l’internaute aime se sentir actif, et avoir une prise sur le contenu (cliquer, aller voir un complément d’info...)
    • il y a des milliards de pages qui attendent d’être lues : pourquoi passer trop de temps sur une seule d’entre elle...
    • le temps de l’internaute est limité...




    31. Organiser l’information (suite)

    Comme pour un contenu sur du "print", les contenus web doivent s’inscrire dans une structure qui va faciliter la compréhension.

    Penser l’information

    La règle des 5 W doit être respectée à chaque fois que cela est possible :

    • De quoi s’agit-il ?
    • Qui cela concerne t-il ?
    • Quand est-ce arrivé ?
    • Ou cela s’est-il passé ?
    • Pourquoi cela s’est-il passé (éventuellement "comment cela-s’est-il passé ?")

    Les 4 premières questions exposent les faits. Les deux dernières approfondissent le sujet...

    Structurer l’information

    Le web, ses textes courts et ses compléments hypertextes, imposent leur propre structure :

    • Une introduction (qui est censée répondre au moins aux 4 premières questions)
    • Un développement (qui peut répondre aux deux dernières, développer un point de vue éditorial)
    • Une chute, qui vient ouvrir ou refermer le message : opinion contradictoire, mise en perspective, etc.
    • Un espace réservé aux liens, et autres compléments d’infos




    31. Le choix éditorial

    Faire un choix éditorial, c’est choisir un angle, un point de vue particulier pour évoquer un sujet.

    Internet est un média auto-référent, qui recycle constamment ses propres contenus existants...
    Le meilleur moyen d’être reconnu est de choisir un point de vue éditorial original.

    Exemples :

    Un autre exemple




    32. Réalisation d’un site STATIQUE - La méthode

    1) Rédigez tout votre contenu sur des fichiers à part (fichiers word, pas exemple). Cela vous permettra de vous concentrer plus tard sur des aspects plus techniques

    2) Grâce à votre structure de navigation, reproduisez sur votre disque dur la structure de fichiers que vous avez prévue :
    créez les dossiers et sous dossiers...

    3) Avec votre éditeur HTML, commencer à créer les pages vierges d’une rubrique, avec un minimum de mise en page

    Puis faites ainsi le modèle de toutes les pages, pour terminer par la page d’accueil...

    4) Maintenant que le "squelette" du site est fait, il ne vous reste plus qu’à copier-coller le texte dans les bonnes pages...

    5) Transférez tous les fichiers de votre site vers votre serveur avec votre client FTP

    6) Vous testez votre site en ligne, pour voir s’il n’y a pas d’erreur...

    7) Si vous remarquez une erreur (un fichier manque, un lien est mal fait...), corrigez-la sur votre disque dur, et transférez les fichiers corrigés sur le serveur...




    33. Réalisation d’un site DYNAMIQUE - La méthode

    Les méthodes varient en fonction du logiciel...

    2 cas de figure existent :

    • Votre CMS est totalement en ligne et ne nécessite pas d’installation
    • Votre CMS est à télécharger et à installer sur un serveur.

    Dans le premier cas : CMS totalement en ligne

    • Rédigez tout votre contenu sur des fichiers à part (fichiers word, pas exemple).
    • Inscrivez-vous au service en ligne
    • Choisissez les paramètres de votre service en ligne (interface, fonctionnalités)
    • Copiez-collez vos contenus dans votre CMS

    Dans le second cas : CMS à télécharger et installer sur un serveur

    • Rédigez tout votre contenu sur des fichiers à part (fichiers word, pas exemple).
    • Assurez-vous que vous possédez bien un serveur web !
    • Téléchargez votre logiciel de CMS
    • Déposez-le sur votre serveur, en suivant les instructions généralement fournies avec le logiciel
    • Configurez le logiciel
    • Personnalisez le graphisme
    • Accédez à votre back-office (secrétariat du site)
    • Copiez-collez vos contenus dans votre CMS

    Chaque CMS étant très différent, il vous faudra adapter cette méthode...




    34. Réalisation d’un site - Héberger son site

    Un hébergeur, c’est un organisme, une entreprise ou une association qui met à votre disposition un espace sur les disques durs des ses ordinateurs, pour que vous y stockiez vos pages...

    Parfois, l’hébergeur peut vous proposer d’autres services :

    • des formulaires
    • des adresses mails,
    • des outils d’édition de pages web ou de FTP, des CMS...

    Comment choisir son hébergeur  ?

    • En fonction de vos choix techniques...
      Certains hébergeurs offrent des technologies particulières nécessaires pour faire fonctionner
      un logiciel de CMS comme SPIP... d’autres non
      Certains offrent 2 go d’espace disque... certains 1 Mo...
      Certains ont une large bande passante, certains bloqueront avec 10 visiteurs connectés en même temps...
    • En fonction de vos finances
      Certains hébergeurs sont gratuits, d’autres payants...
      Certains hébergeurs gratuits ont de la pub, d’autres non...

     




    35. Réalisation - Le nom de domaine

    Lorsque vous hébergez un site, l’hébergeur vous donne une adresse du genre :

    http://filipe.free.fr/monsite/mondossier

    Ce qui ne facilite pas la mémorisation...

    Vous pouvez acheter un nom de domaine, c’est à dire le nom d’une adresse, qui redirigera vers votre site.

    Par exemple : http://www.mon-site-personnel.com/

    Vous devez, pour celà, faire appel à un registrar, c’est à dire un vendeur de noms de domaines, qui enregistrera votre nom de domaine dans les serveurs de DNS (serveurs qui recensent tous les noms de domaines existants et à travers le monde).

    Les registrar en France :

    • Gandi.net
    • Amen.fr
    • et quasiment tous les hébergeurs, fournisseurs d’accès, portails d’information et de services, etc.

    Les extentions de noms de domaine

    C’est l’ICANN qui gère ces extentions (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers).

    Les extentions de noms de domaines sont soit

    • thématiques : .com, pour communication ou commerce ; .net, pour les activités internet ; .org pour les organisation, etc.
    • nationales : .fr pour la France ; .de, pour l’allemagne, etc.

    Un nom de domaine gratuit ?

    En théorie, les noms de domaine sont tous payants. Mais l’on trouve des sites qui proposent des redirections gratuites, avec des adresses qui se terminent par : fr.tc, fr.nr, ca.gg, sg.gg, xdir.fr, xdir.org.

    Pour vérifier que votre nom de domaine n’est pas déjà pris : www.whois.com




    36. Le suivi d’un site - Les indicateurs

    Faire un site, c’est bien... S’assurer qu’il est visité, c’est mieux... Quels sont les indicateurs de réussite d’un site ?

    • Les statistiques de consultation
    • Votre rang de classement dans les moteurs de recherche
    • Le nombre des sites qui "pointent" vers le votre
    • Le nombre de mails que vous recevez...




    37. Le suivi d’un site - Augmenter le trafic sur votre site

    Augmenter le trafic sur votre site est une pratique où de nombreuses "web agencies" excellent...
    Cependant, quelques conseils peuvent vous permettre de la faire à moindre coût...

    Le référencement

    La solution la plus évidente est de bien référencer votre site, et surtout auprès des moteurs les plus importants...

    Des solutions annexes sont possibles : publicités contextuelles dans les moteurs de recherche, achat de mots-clefs, etc.

    Solutions hors-référencement

    Quelques pistes :

    • Utilisez les réseaux sociaux
    • Inscrivez-vous dans des communautés de sites, webrings, etc.
    • Visitez les forums, participez... et faites-y de la pub pour votre site.
    • Multipliez les liens vers d’autres sites, et demandez aux autres webmestres d’en faire autant.
    • Faites des mises à jour fréquemment
    • Proposez des contenus imbriqués.




    38. La conception - Les contenus : les contenus imbriqués

    Un visiteur vient chercher de l’information sur votre site. Si vous voulez qu’il revienne, il faut lui offrir plus que de l’info...

    Ce contenu supplémentaire est appelé le "contenu imbriqué".

    Il peut s’agir :

    • De jeux en ligne
    • De sondages
    • De listes de diffusions
    • Forums, chats, même si votre site n’est pas forcément destiné à "l’échange"
    • Météo en ligne, images ou documents à télécharger, etc.

    Il y a peu de limites à ce que l’on peut inventer comme contenu imbriqué.

    Mais au final, entre deux sites de contenu égal, c’est le contenu imbriqué qui fera la différence.

    Attention cependant à ne pas proposer des contenus imbriqués trop longs à télécharger (clips vidéo, programmes...).
    Tout le monde n’est pas encore au haut débit (surtout sur les téléphones mobiles) !




    39. Planifier un plan de communication web pour une petite association, entreprise, club...




    49. La liste des sujets

    Chaque équipe doit choisir un sujet parmi ceux proposés ci-dessous qui soit validé par moi... ou propose un autre sujet.

    • Gagner de l’argent grâce à Internet
    • Internet a-t-il tué la télévision ?
    • Le e-sport
    • Le Hacktivism
    • Le journalisme et Internet
    • La politique et internet
    • Grenoble sur Internet
    • Les réseaux sociaux m’ont rendu célèbre

    Chaque personne doit également choisir un sujet, en fonction de ses intérêts, de ses passions...

    Les articles du semestre dernier



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contact | Mentions légales | Crédits