Une culture générale de l’internet...
UGA - 2018-2019 - Filipe Ferreira
contact@filipeferreira.com
Version imprimable Enregistrer au format PDF
Accueil du site > DLST Mag’ > INTERNET NUIT-IL AU JOURNALISME > La fin du journalisme traditionnel ?


Auteur de l'article : Bellier Jérémy

La fin du journalisme traditionnel ?

Le développement d’internet s’est accompagné de celui des blogs ou des sites personnels. Il est donc devenu facile de publier un article susceptible d’être vu et commenté par la terre entière. De ce fait, il est facile de croire que le journalisme « traditionnel » est menacé par le journalisme « participatif ». En tout cas, une chose est sûre, le métier de journaliste est en pleine modification. Mais que pense alors les journalistes de ces évolutions ?

Entre journalisme professionnel et journalisme citoyen. Tout d’abord, on définit le journalisme « traditionnel » comme étant l’ensemble des activités de collecte, de sélection et de mise en forme de l’information, destinées à être publiées dans un journal de presse écrite ou dans un journal audiovisuel. Cependant, dans le fonctionnement du journalisme citoyen « le public est devenu actif dans la production d’information ». Il crée et diffuse lui-même l’information. Se sont les outils apportés par internet qui ont permis ce renversement. De ce fait, « certains journalistes voient d’un mauvais œil que les internautes marchent sur leurs plates- bandes ». Il est vrai que leurs articles ne sont pas toujours le résultat d’investigation . Il s’agit souvent de commentaires ou d’une reformulation des dépêches d’agence lus sur Yahoo ou Google. L’enquête de terrain est alors bien souvent délaissée. D’autant plus que les moyens financiers des journalistes "amateurs" est beaucoup moins important par rapport aux journalistes professionnels. Le journaliste Bruno Patino parle de « la crise de l’information ». Si le journalisme d’opinion et de commentaire connaît une vraie explosion, liée à Internet et à la blogosphère, ce qui faisait jusqu’ici le socle de ce métier, c’est-à-dire la collecte de l’information sur le terrain, connaît une crise inquiétante.

Le métier de journaliste réinventé ? Les caractéristiques de ce métier vont sûrement être amenées à changer. En effet, les journalistes « amateur » sont plus réactifs . L’actualité est décryptée quasiment en temps réel par le journalisme « citoyen ». Les blogs ou les sites personnels en sont le support. Mais certains journalistes empreinte ces techniques aux journalistes « amateurs », en créant un compte Twitter par exemple. C’est ce qu’a fait Vincent Glad, journaliste web du site Slate.fr, qui publie les scoops en premier sur Twitter et ensuite sur le site internet du journal. Cependant, la présence de journalistes sur Twitter peut être controversée. Effectivement, un journaliste peut-il avoir un compte Twitter personnel ? Si oui, parle-t-il toujours au nom de son journal ? Pour le Washington Post, un journaliste utilisant un compte privé de n’importe quel réseau social, représente toujours sont journal. Dans une autre mesure, le New York Times a plus de lecteurs sur sont compte Twitter que de lecteurs de sa version papier traditionnelle. Internet a fait évoluer les rapports que les gens ont avec les médias d’information. La presse papier est de plus en plus délaissée au profit des sites web ou des réseaux sociaux, ayant pris une place importante dans la diffusion de l’information.

La fin de la presse papier ? Le magazine Newzy a publié un reportage-fiction sur la France de 2020 qui ne posséderait plus de journal papier, mais des bloggeurs qui diffuseraient l’information. Cependant, c’est encore loin d’être la réalité. Le travail de journaliste évolue mais il ne disparaitra pas. D’une part, pratiquement tous les journaux papier ont un site internet. Les journalistes ont dû intégrer de nouvelles pratiques. Le passage du format papier au format numérique entraîne des modifications dans la sélection et la mise en page de l’information. D’autre part, le journaliste est un intermédiaire. Il mène un travail d’investigation. La manière dont sont récoltées les informations est aussi importante que le contenu d’un article. Le travail d’enquête est donc important car il permet de recouper les sources afin d’apporter des informations fiables. Cependant, ce travail d’investigation est souvent négligé par le journalisme « amateur ».

Au final, le journalisme « traditionnel » n’est pas menacé mais il est en mutation. Avec le développement d’internet et de la blogoshère, le public est devenu actif dans la publication d’informations, donnant naissance au journalisme « participatif ». Dans ce même temps, les journalistes professionnels adaptent leurs méthodes de travail pour suivre les évolutions. Les changements apportés par internet s’opèrent aussi bien au niveau de la production, de la distribution et de la circulation de l’information.

Lien vers l’interview

Sources :

http://www.journalismes.info/Twitter-et-les-journalistes-un-debat-sur-la-Toile_a2905.html

http://www.journalismes.info/Le-New-York-Times-plus-de-lecteurs-sur-Twitter-que-sur-papier_a2946.html

http://www.journalismes.info/Angryjournalists-com-le-blog-des-journalistes-pas-contents_a1269.html

http://www.france-info.com/chroniques-nouveau-monde-2008-04-07-internet-va-t-il-tuer-le-journalisme-118780-81-109.html

http://www.lexpress.fr/actualite/media-people/media/internet-peut-il-tuer-la-presse_729807.html



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contact | Mentions légales | Crédits