Une culture générale de l’internet...
UGA - 2019-2020 - Filipe Ferreira
contact@filipeferreira.com
Version imprimable Enregistrer au format PDF


Auteur de l'article : Fabien Loudieux

Le Syndrome Geek

Cet article est une vulgarisation scientifique du syndrome "geek" ; Ainsi qu’un bref exposé sur son origine physiologique.

Avant même de commencer l’article, je dois préciser que les personne présentant le syndrome « du geek » ne sont des malades mentaux. Il s’agit de syndrome visant à caractériser le comportement non pathologique, dont non maladif, de nombreuses personnes se présentant comme des inconditionné de l’informatique, des sciences et du virtuel.

Geek, présentation

La société connaît une recrudescence de personne passionné présentant un comportement de société différent et marginale. C’est personne présente souvent les symptômes d’autisme de haut-niveau ou Asperger. C’est deux syndrome n’étant pas a leur actuel différenciable, nous allons ici faire l’amalgame des deux.

Un geek excelle généralement dans un secteur restreint et qualifiait au début les intellectuelle américain souvent rejeté par la plupart de leur camarade par leurs attraits aux sciences et aux mathématiques notamment, et beaucoup moins aux fêtes et ou loisir commun comme le sport.

De nos jours, un geek et un passionné d’informatique ayant plutôt un profil scientifique et fan de science fiction, d’héroïque-fantaisie (mélange de conte et de légende retravaillé en monde nouveau et imaginaire). Un geek est caractérisé également par sa passion démesurer mais restreinte souvent à quelque activité, une mauvaise insertion, un comportement parfois étrange en publique, présentant parfois des problèmes de communication de ses émotions, une hypersensibilité et un stress visible lors de situation inhabituelle ou émotionnelle …

Nous pourrons synthétisés cela en quelque mot un geek :

. Hypersensibilité,

. Activité et comportement restreint et stéréotypé

. Un manque de réciprocité sociale ou émotionnelle,

. Des troubles plus ou moins accentué de la communication (surtout s’il s’agit d’autisme de haut niveau car un Aspi *individu Asperger* ne présente pas de tel trouble).

 

Le Syndrome d’Asperger ou l’Autisme de haut-niveau.

Tout d’abord, un autiste et un individu présentant principalement et à des intensités variable les troubles suivants : (en exemple, je citerais l’enfant dans le film Code mercurie)

Dès l’enfance :

.L’altération qualitative des interactions sociales réciproques, sévère et durable ;

.Trouble de la communication, marquée et durable, qui affecte les capacités verbales et non verbales ;

.Caractère restreint, répétitif et stéréotypé des comportements, des intérêts et des activités.

Le syndrome d’Asperger peut être considéré comme se situant dans la partie haute du spectre des troubles autistiques, à la différence de l’autisme classique. La différence principale entre l’autisme classique et le syndrome d’Asperger est l’absence de retard intellectuel, ce qui facilite les thérapies. De plus, un Aspi ou un autiste de haut-niveau arrive, en fonction de leur niveau autisme, à pallier en partie leur trouble et s’insérer tant bien que mal dans la société (et rester ainsi indécelable). Mais si la situation ne l’exige pas, ils retourneront généralement et naturellement vers un comportement autistique. Généralement, un appui extérieur et nécessaire pour « motiver » un Aspi ou un autisme a comportement plus normale.

. Le syndrome affecte plus de garçons que de filles, avec un ratio d’environ 8 pour 1.

Les cause du syndrome Aspi.

Contrairement à certaine maladie psychologique, ces cas là sont causés par des facteurs irréversibles. En effet, plusieurs théories sont mises en avant par les chercheurs :

. Une découverte montre que les individus souffrant des ces syndromes présentent au niveau cortical une lésion causé lors du développement fœtale. Au lieu de présenter de nombreuse petite cellule aux ramifications importantes, l’individu présente dans certaines zones cérébrales de grosse cellule à faible connexion. Les neurologues pensent que ce manque de ramification peuvent avoir des conséquences sur l’intégration de l’information au niveau de l’individu. Il présente des zones performante constitué de réseau efficace de synapse et de grosse cellule, ce qui les rend très performant dans certain secteur, cependant, leur manque de connexion avec les autres partie du cerveau affecte la communication avec celle ci, ce qui peut provoquer une sensation d’oublie ou de non perception des événements annexes, qu’il soit d’ordre environnemental, interne ou émotionnelle. Il faut comprendre que la part la plus importante de l’individu réside finalement dans ses parties fortement utilisé et perforante tandis que les autres semble être oublié. Elles ont donc un rôle mineur dans les impressions de l’individu (ses émotions, ses désir …) et donc de ces actes. Cela créé finalement des « passionnés » qui sont très efficaces dans certains secteurs spécifiques, mais qui ont des difficultés d’imaginer ou ressentir certaine chose, au point même de leurs incompréhensions.

. Simon Baron-Cohen soutient que le syndrome d’Asperger serait la manifestation d’un « cerveau hypermasculin », ce qui expliquerait la plus forte prévalence du syndrome d’Asperger chez les garçons. Des études récentes sur le taux de testostérone dans le sang de l’enfant à naître accréditent partiellement cette thèse. Le syndrome d’Asperger ne serait qu’un comportement masculin disproportionné.

. D’autre hypothèse sont exploréa, notamment pour comprendre la raison de l’accroissement des populations Aspi. Déjà, la vaccination, le mercure, la pollution des pesticides … sont suspectés. De plus, une hypothèse met en relation certaines mutations chez la mère touchant la composition du placenta provoquant peut être les lésions cérébrales du fœtus.

voir aussi : le phénomène geek (retour à l’article)



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contact | Mentions légales | Crédits