Une culture générale de l’internet...
UGA - 2018-2019 - Filipe Ferreira
contact@filipeferreira.com
Version imprimable Enregistrer au format PDF
Accueil du site > DLST Mag’ > Les outils de travail numériques de l’étudiant grenoblois > les outils numériques de travail des étudiants de Grenoble


Auteur de l'article : Samira Cherbal

les outils numériques de travail des étudiants de Grenoble

Retrouvez ici l’interview que j’ai réalisée avec Filipe Ferreira, enseignant à l’UJF

Avant de commencer, pourriez-vous me donner votre vision sur l’ENT des universités et écoles supérieures de Grenoble ? J’aime bien le décrire comme l’Environnement Naturel de Travail, et pas seulement un environnement numérique. Pour moi, c’est l’ensemble des outils, procédures, personnes et moyens mis à disposition de l’étudiant grenoblois pour qu’il puisse poursuivre au mieux ses études.

Pouvez-vous nous décrire l’organisation générale de l’ENT des universités Grenoble ? Le portail où l’on doit s’identifier est marqué sous la bannière de Grenoble Universités, le regroupement des 4 universités grenobloises. Après identification, on peut accéder aux différents outils et informations : actualité, documentation, etc.

Quels sont les différents acteurs œuvrant à la bonne marche de l’ENT de Grenoble (personnes morales et physiques) ? Pour le décrire rapidement : il y a les financeurs (la région, notamment), ceux qui le mettent en œuvre (les services des universités), ceux qui l’animent et le remplissent (les services des universités, les enseignants, les étudiants), ceux qui l’utilisent pour leurs études ou leur travail (étudiants, doctorants, personnels, enseignants, chercheurs), et tous ceux qui accompagnent ce bon fonctionnement (EVE, l’espace Vie Etudiante, par exemple).

Quel est le rôle de Grenoble Universités dans ce service ? Grenoble Universités, le regroupement des 4 universités de Grenoble, a coordonné les travaux autour de la mise en place de l’ENT. Il accompagne aussi sa mise en place et son appropriation sur le terrain, avec les autres acteurs (EVE, par exemple)

Quelles sont les compétences requises pour la mise en place d’un ENT ? Pour la mise en place technique, il faut une solide équipe capable de couvrir aussi bien les aspects de gestion de projet, d’intégration technique, d’ergonomie, d’analyse de besoins, etc.

Quels sont les titres requis pour intégrer une équipe de travail œuvrant pour l’ENT ? Des ingénieurs, dans chacun des domaines ci-dessus.

Qu’en est-il pour financement de ces outils numériques ? Ils sont en grosse partie financés par la région Rhône Alpes. Cependant, le temps de travail et d’accompagnement fourni par les personnels des universités est également très important.

Quelles sont vos relations avec les fournisseurs de données (enseignants, cours en ligne, bibliothèques universitaires) ? Personnellement, j’ai assez peu de relations avec eux. Mais d’autres services, chargés d’accompagner par exemple les enseignants dans leur appropriation des outils font un travail vraiment extraordinaire.

Quelles sont les différentes étapes d’un document avant qu’il ne soit accessible sur le bureau virtuel par exemple ? C’est très variable, cela dépend vraiment du type d’information. Une note, par exemple, attribuée lors d’une UE, peut passer une ou deux bases de données avant d’aboutir dans l’ENT. Un cours peut être saisi directement dans l’un des outils prévu à cet effet. Il y a autant de parcours que de documents et d’informations.

Quel est selon vous l’intérêt d’un ENT ? De devenir progressivement l’environnement « naturel » de travail de l’étudiant. C’est –à-dire qu’il n’ait plus à se poser la question « Ou vais-je trouver mes cours ? Ou-puis-je consulter mes notes ? Où puis-je réserver tel ouvrage ? » . Bientôt, il sera naturel de trouver tous ces éléments, ces outils, en un seul et même environnement.

Quelles en sont les insuffisances ? Un ENT doit être la colonne vertébrale de la vie de l’étudiant, l’endroit où tous les processus numérisés s’articulent. Cela implique que l’université ait pensé tous ces processus de cette manière. Ce n’est pas encore le cas de partout… Mais la majorité des universités sont sur cette voie, qui me semble être la bonne.

Avez-vous une idée sur les rapports des étudiants avec leur ENT ? Des enquêtes sont réalisées, de manière « institutionnelle » ou « privée ». Dans mon cours, mes étudiants m’indiquent qu’il s ont encore beaucoup de mal à se l’approprier, n’y trouvant pas encore ce qu’ils y cherchent. Mais ça viendra. Dans certaines universités, les taux d’usage sont très élevés, et les étudiants satisfaits.

Selon vous qu’est ce qui pourrait être amélioré dans l’environnement numérique de travail déjà existant ? Ils sont nombreux, comme lorsque l’on se lance dans des projets de cette envergure. Amélioration et ajout de fonctionnalité, précisions ergonomiques, communication envers les étudiants, accompagnement des enseignants… On peut évidement s’améliorer sur tous ces points ; mais c’est un projet à long terme qui s’améliore de jour en jour…

Quel est selon vous l’avenir de la bibliothèque « classique » devant cette dématérialisation de l’information ? Honnêtement, je ne sais pas. Même si je ne partage pas l’angoisse de ceux qui craignent la disparition du livre, j’imagine la bibliothèque du futur comme un lieu de travail autour de supports dématérialisés, capable grâce à ses systèmes de traitement de l’information de générer du « savoir ». Selon moi, ce ne sera plus seulement un lieu d’archivage, de stockage et de mise à disposition d’ouvrages, mais aussi un lieu où le savoir se créera, comme aujourd’hui dans les laboratoires.

A long terme, pensez-vous que l’on se dirige vers la naissance d’un nouveau métier de « e-bibliothécaire » ? Contrairement à l’idée reçue, les bibliothécaire sont, ont toujours été, très en avance concernant les nouvelles technologies. Aujourd’hui, les réseaux de documentalistes sont très actifs sur internet. Ils ont déjà inventé la bibliothèque de demain, et travaillent en ce moment sur celle d’après-demain. Donc les « e-bibliothécaires »… existent déjà depuis un bon moment !

A quoi ressemblera l’ENT de demain ? Un point d’entrée unique vers toutes les ressources nécessaires à l’étudiant dans le cadre de ses études. Accessibles depuis un ordinateur, un téléphone portable, sa télévision. Un outil permettant à l’enseignant de faciliter son travail et la mise à disposition de ses supports de cours. En environnement aussi « naturel » et pratique que le sont aujourd’hui le mail ou un moteur de recherche

Lire l’article associé



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contact | Mentions légales | Crédits