Une culture générale de l’internet...
UGA - 2018-2019 - Filipe Ferreira
contact@filipeferreira.com
Version imprimable Enregistrer au format PDF


Auteur de l'article : Nina Chiaro

Interview d’Enzo

Voici L’interview d’Enzo, qui n’aime pas les Happy Tree Friends :

- Si je te dis "violence sur Internet", à quoi cela te fait-il penser ?

Ca me fait penser à beaucoup de choses présentes sur Internet, qui seraient un peu comme le "côté obscure", où l’on peut voir tout ce que l’on pourrait imaginer (et même plus) en terme de violences purement gratuites et inutiles, qu’un grand nombre de personnes s’amusent à mettre en ligne à travers des sites spécialisés ou sur youtube et dailymotion, qui hébergent toutes sortes de vidéo sans apparemment véritablement se préoccuper de ce qu’elles représentent ou de l’impact qu’elles pourraient avoir sur les plus jeunes... Je trouve que ce côté d’Internet attire trop de mondes par rapport à son intérêt et ce qu’il peut exprimer comme lorsque des internautes mettent des vidéos en circulation où ils ont payé des sdf pour se scarifier ou se battre entre eux, j’ai beaucoup de mal à comprendre le plaisir que prennent les gens à regarder ce genre de choses...

- Qu’en est-il concernant les Happy tree friends ?

C’est un humour au je ne sais combientième degrés, qui pourrait être vraiment sympa, mais je n’arrive vraiment pas à m’y faire, même si je me dis qu’il faut que j’essaie de m’y faire, et d’ailleurs c’est ce que je trouve vraiment dangereux avec ce genre de démarche : on se sens obligé d’accepter cette violence. J’ai l’impression que les gens cherchent à banaliser cette violence extrêmement crue en la passant dans tous les domaines visuels : images, JT, vidéos amateurs, films et maintenant dessins animés ! Comme s’il fallait que l’on voit de la violence partout à tout prix ! Et puis le procédé du dessin animé peut vraiment prêter à confusion, d’autant plus qu’aucun avertissement n’est fait au niveau de la violence lorsque l’on regarde un épisode, et un enfant de cinq ans peut très bien tomber là dessus en zappant a la télé (comme c’est diffusé maintenant), ou un enfant un peu plus âgé sur Internet comme il n’y a aucun blocage ou avertissement. De plus j’ai n’arrive pas a comprendre l’attraction/répulsion qui fait que les gens, malgré le dégoût veulent les voir et les revoir. En fait s’il fallait résumer ce que je ressens, c’est de l’incompréhension face a cette violence gratuite, que je ne trouve pas constructive, même d’un point de vue artistique, je ne vois pas ce qui a pu donner envie a l’auteur de faire ça, a moins qu’il cherche a tout prix un moyen de faire un buzz, et dans ce cas c’est réussi...

- Comment as-tu connu les Happy tree friends ?

Un jour je cherchais une vidéo de musique, si je me souviens bien, sur un méta moteur de recherche de vidéo et il m’a mis dans les résultats une vidéo des happy tree friends, que j’ai alors visualisée par curiosité, ayant déjà entendu parlé du "phénomène"...

- Qu’en as-tu pensé la première fois ?

Du dégoût, et surtout je ne comprenais pas : quand on fait de l’animation, on essaie de dire quelque chose, de faire passer un message, de rendre les choses plus belles, je ne sais pas... Mais là je ne voyais vraiment pas l’intérêt de ces animés et encore moins ce qui motivait les gens à les regarder...

- Qu’est ce qui te déplait là-dedans ?

L’humour et tout ce que cette série exprime, c’est vraiment tout ce qui me déplait et me révulse, je préfère quand l’humour est plus "gentillet" et cherche vraiment à rendre les gens plus heureux, à les décontracter et surtout les attirer et pas à se délecter d’images sordides toujours plus fortes et faire le jeu de répulsion/attraction, ce n’est vraiment pas mon trip... Et puis c’est quand même représentatif d’un monde où l’on se nourrit d’une violence sans fin, où les gens se complaisent dans cette violence, et moi je ne veux pas me complaire là-dedans, je ne veux pas accepter tout ça...

- Comment expliquerais-tu le succès des Happy Tree Friends ?

C’est le succès d’une époque où les gens se promènent sur Internet, sans vraiment savoir ce qu’ils veulent, et se laissent guider par les recommandations de sites comme dailymotion qui mettent en avant ces vidéos et qui créent automatiquement un buzz. Et puis on sait bien qu’à l’heure actuelle plus les choses sont marquantes, choquantes et plus les gens en parlent et les communiquent. Il n’y a que chez Jean-Pierre Pernault que l’on entend plus parler de la belle initiative de faire d’une cantine d’école un véritable restaurant le temps d’un repas que du dernier acte terroriste des extrémistes ou des derniers morts de la guerre d’Irak...

Pour lire l’article en lien avec cette interview, cliquez ici



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contact | Mentions légales | Crédits